Une petite présentation de moi…

IMG_3868

Il faut bien que je vous dise qui je suis.

Je n’aime pas franchement cet exercice autobiographique, mais je dois bien vous dévoiler un petit bout de moi si je veux m’adresser à vous…

Je suis venue au monde au printemps 1994, comme une fleur qui éclot lorsque le soleil pointe le bout de son nez. Sauf que j’ai plus le tempérament d’un taureau (mon signe astrologique et ce n’est pas pour rien) que d’une marguerite ! Si vous ne croyez pas en l’astrologie, alors dites-vous peut-être que je dois ce caractère à mes origines italiennes… J’ai grandi dans ma banlieue parisienne natale, entre de nombreux allers-retours vers ma Bourgogne familiale. Difficile de dire si je suis une fille de la ville ou de la campagne, j’aime tellement les deux ! Une chose est sûre, j’ai toujours grandi entourée de petits animaux (mes petits chiens et mon perroquet d’amour…), d’amis fidèles et d’une famille aimante et incroyable, qui ont tous fait de moi cette bonne vivante que je suis aujourd’hui !

« Le voyage est le meilleur moyen de se perdre et de se retrouver en même temps ».  Brenna Smith


Toute jeune, j’ai eu le privilège de pouvoir voyager par-ci par-là, grâce aux sacrifices et au fruit du dur labeur de mes grands-parents et de mon papa. Je me souviens encore de la première fois où nous avons pris l’avion pour nous envoler vers la Sicile ! Depuis, j’ai toujours la même excitation (et toujours un peu la trouille de l’avion) à l’approche d’un départ. Antilles, Tunisie, États-Unis, Italie, Espagne, Canada… La liste s’allonge petit-à-petit et je compte bien continuer. Le problème quand je voyage, c’est que je tombe rapidement amoureuse des villes et des pays que je visite ! Je suis tombée raide dingue de New York et de son évolution constante, des New Yorkais et de leur ouverture d’esprit remarquable. J’ai envie d’y retourner à chaque fois que j’en ai l’opportunité, car il y a toujours quelque chose de nouveau à voir dans « la ville qui ne dort jamais ». J’ai eu un coup de coeur pour Toronto aussi, cette petite « jeunette » nord-américaine qui sans faire de bruit, s’impose comme une ville cosmopolite et attractive où il fait si bon vivre. J’ai envie de retourner flâner à Los Angeles et me balader dans les parcs nationaux californiens ! C’est quand même exceptionnel la Californie… Mais que dire sur l’Italie ? La douceur des paysages toscans, la beauté incroyable de Florence, celle ville où l’on a l’impression d’observer un tableau à chaque fois que l’on pose l’oeil quelque part… Le soleil doré reflétant sur la côte Amalfitaine, qui éblouit tellement que l’on se croirait presque dans un songe. Mais ce qui est assez incroyable, c’est que malgré tout, à chaque fois, ma ville favorite reste Paris, pour mile et une raison que j’ai du mal à expliquer…

Pise

 

L’amour du journalisme

Côté études et ambitions professionnelles, c’est le journalisme qui me motive. J’ai toujours été passionnée par toutes ces personnes qui font de l’actualité leur quotidien, qui analysent d’une certaine façon le monde et qui nous nourrissent d’informations. Quel formidable métier que d’aller à la rencontre des autres et apprendre tous les jours des choses nouvelles, pour pouvoir ensuite mieux les transmettre ! L’information est pour moi une liberté fondamentale, on doit avoir le droit de savoir, d’apprendre, d’échanger, et ce dans tous les domaines d’ailleurs. J’aime alors cette idée de devenir un petit soldat de la liberté d’expression. Les journalistes sont quelque part les avocats du monde. Ce monde qui nous entoure  et qui est tellement passionnant. La société dans laquelle nous vivons vaut vraiment le coup de nous y intéresser et d’en être les acteurs.  La presse écrite est pour moi une évidence, et c’est d’ailleurs bien pour ça que je me lance dans ce blog, avec ces « quelques » mots… Je trouve qu’il n’y a rien de plus sensible que des mots ! Finalement, n’importe qui aujourd’hui peut capturer une image avec son téléphone ou son appareil photo. Plus rares sont ceux capables de la décrire avec des mots justes. (Bien que je ne remette pas en cause le très bon travail des photographes et JRI professionnels !) Mais moi j’ai choisi de décrire et de détailler l’environnement qui m’entoure avec mes mots plus que des images ou des vidéos. Concernant les sujets qui me passionnent, je crois qu’ils sont trop nombreux pour être énumérés ici… Tout me passionne, ou presque. Je pourrais écrire des pages entières sur des sujets politiques, culturels ou même sportifs… Je n’ai pas encore arrêté de choix, et j’espère avoir l’occasion de traiter des sujets divers et variés.

IMG_3891

  En ce qui concerne mes études j’ai d’abord obtenu un baccalauréat littéraire (sans grande envie, le lycée ne m’a pas franchement conquise), ensuite une licence en journalisme. Durant ces trois années de licence j’ai effectué des stages de plusieurs mois dans des rédactions, dont les plus enrichissantes furent celle de L’Yonne Républicaine (Sens) et celle de la Provence (Manosque). Mes deux plus belles expériences professionnelles ! Ce sont ces deux équipes qui m’ont le plus fait confiance et qui m’ont convaincu que j’aimais définitivement ce métier. J’ai aussi travaillé pour des sites web, qui n’étaient pas moins intéressants mais disons peut-être moins passionnants. J’ai aussi eu l’opportunité de travailler un an comme journaliste indépendante pour un site de sports extrêmes (mon dada), pour lequel je suis allée faire des reportages très très funs, parfois en toute autonomie. Hélas ce site (www.meltyxtrem.fr) a dû s’arrêter, faute de moyens…

 

Départ vers le Canada

Downton Montréal
Le « downton » de Montréal au coucher du soleil

 Après ça j’ai pris une petite année de césure, durant laquelle j’ai travaillé quelques semaines en tant que vendeuse pour économiser, afin de pouvoir partir ensuite trois mois du côté de Toronto (Canada), une expérience formidable. Je suis revenue en France et j’ai retravaillé six mois dans la vente aux Galeries Lafayette d’Haussmann, dans la superbe équipe de The Kooples ! À la fin de cette année enrichissante, de voyages, boulot et de nouvelles rencontres, j’ai voulu reprendre mes études (toujours dans l’objectif de devenir journaliste), mais l’appel du large a été plus fort que tout. Je suis alors retournée au Canada, et c’est du côté de Montréal cette fois-ci que j’ai repris le chemin de l’Université. Je me suis inscrite au « bac » (l’équivalent d’une licence là-bas) en Science politique. Pourquoi ce drôle de choix après une école de journalisme ? Tout d’abord car je m’étais engagée depuis le lycée en politique et que cela me passionne, et parce que j’avais envie d’avoir de vrais outils pour pouvoir mieux comprendre et analyser le monde  et tous ses enjeux. J’ai repris en licence car Processed with VSCO with aga3 presetpremièrement, je trouvais plus judicieux pour commencer des études en politique, de débuter par les bases et tester mes compétences avant de risquer un master. De plus, il aurait été plus complexe de devoir faire reconnaitre une Licence française au Québec (bien que parfaitement envisageable) mais avec seulement quelques mois pour tout boucler (organisation, visa et autres paperasses etc.), j’ai alors opté pour la solution la plus efficace. Dans le fond,  la mention très formelle « Bac+ » quelque chose m’importe peu. Ce qui est important pour moi, c’est ce que j’apprends et ce que je serai capable de faire par la suite. C’est un choix, peut-être risqué à l’heure où les diplomes sont devenus essentiels, certes, mais je crois que les bons journalistes ne sont pas forcément des doctorants ou des Bac + 12. Je crois avant tout que ce sont des personnes passionnées, motivées et qui sont riches de leurs expériences et de leur envie constante de se cultiver plutôt que leurs simples diplômes.  Alors si j’ai un bac + 3 x2, ça sera peut-être plus mathématique mais pas moins utile ! Je vous parlerai plus tard de mon expérience québécoise plus en détails.

Autrement pour les loisirs et autres passe-temps, j’aime tout ce qui est un peu extrême, tout ce qui donne des bonnes sensations et de l’adrenaline, les sports mécaniques notamment et la moto plus particulièrement. Quand j’étais ado j’avais une adorable petite 50cc, j’allais partout avec, même au lycée à 100 mètres de chez moi ! Ca faisait un peu rebelle, c’est tout moi. J’ai eu mon permis (moto) à tout juste 18 ans, en quelques semaines, alors que j’ai obtenu avec plus de difficultés (en trois fois) mon permis voiture quelques mois plus tard… Il n’en reste pas moins que je conduis bien !  Ah et j’ai déjà piloté un avion aussi une fois, et ça ma donné pas mal d’idées pour la suite… Un nouveau permis ne serait pas de trop, si ? 

Je pense désormais que vous savez le principal sur qui je suis (si vous ne le saviez pas déjà =) ). Alors après avoir parlé de moi de manière très personnelle, je vais me consacrer par la suite à parler non pas de ce que je suis, mais plus de ce que je vois (ou ce que j’ai vu), afin de partager avec vous des sujets plus intéressants je l’espère et en tout cas, qui pourront vous faire découvrir des choses sympas. Si vous n’aimez pas me lire, vous pouvez toujours m’inviter à discuter autour d’un bon verre de vin ou à la table d’un bon restaurant, il y a de fortes chances que j’accepte aussi… Quant au choix de la playlist, un bon vieu rock fera l’affaire. 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s